EN | ES

À quoi ressemblera le pilotage dans 150 ans?

Obligatoire depuis 1805, le pilotage s’inscrit dans une longue tradition maritime québécoise. Un fait singulier est qu’avec toutes les technologies actuelles, le pilote demeure essentiel et représente la vigie d’une sécurité maritime fondamentale qui est au cœur d’une croissance économique continue.

Par les temps qui courent, maints projets animent les débats et suscitent des inquiétudes chez les populations riveraines, des Îles-de-la-Madeleine jusqu’aux Grands Lacs.

Bien que peu connu du public, le pilotage est essentiel, surtout en ces temps où l’achalandage toujours grandissant et la cohabitation sur le fleuve posent de réels défis. Hormis leurs connaissances pointues de leur environnement, la force des pilotes réside dans leur indépendance professionnelle face aux pressions de nature économique. Les corporations de pilotage ont un lien contractuel avec les Administrations de pilotage, des entités fédérales créées en 1972. Ainsi, ce lien permet de garantir l’autonomie des pilotes et de mener les navires à bon port en prenant des décisions influencées uniquement par la sécurité maritime.

Les pilotes Tancrède Bouillé Laurent Gauthier, 1890.
Coll. Francine Roy

Porte-conteneurs à Sorel.
Coll. J. Schooner

Au moment où vous lisez ces lignes, des dizaines de pilotes sont à l’œuvre sur le fleuveSaint-Laurent assurant un service essentiel 24 heures par jour, 365 jours par année. Bien que le volume du trafic et que la taille des navires augmentent, le taux d’efficacité des pilotes (transit sans accident) ne cesse de s’améliorer approchant les 99,9 %.

Le secteur de l’industrie maritime qui souhaite développer des navires automatisés (capables de naviguer sans équipage) aura le défi de devoir offrir un standard de sécurité plus élevé que celui des navires avec équipage afin de convaincre les autorités et le public que ceux-ci peuvent être remplacés par des systèmes automatisés.

D’ici là, les pilotes maritimes continueront de travailler dans l’ombre en contribuant au mouvement des biens essentiels tout en se souciant de la santé du fleuve.

En constatant les enjeux du transport maritime sur le Saint-Laurent, le rôle crucial des 200 pilotes naviguant quotidiennement sur le fleuve est mieux compris. À la fois vital, imprévisible et fragile, le Saint-Laurent mérite toute notre attention.

Qu’en pensez-vous ?

Un vraquier en dépasse un autre dans le secteur de Québec.
Coll. CPSLC

Vous désirez en connaître davantage au sujet de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central et de la profession de pilote ? Suivez-nous!

Vous désirez suivre les navires en direct sur le fleuve afin de les identifier ?
Rendez-vous sur l’application gratuite : www.marinetraffic.com

Connaissez-vous un pilote?

< Le transport maritime sur le fleuve Saint-Laurent

Ligne du temps >